banniere


Marathon de la Liberté
42,195 kilomètres


Dimanche 13 juin.

Sous une météo optimale, à 9 heures, le 13 ème Marathon de la Liberté est lancé au départ de Courseulles-sur-Mer.
Gêné par une petite bronchite depuis quelques jours, j’hésite encore sur la stratégie à adopter : Assurer les 3H15 ou tenter les 3H de course !

Après 1 kilomètre d’hésitation, je décide de tenter  les 3H…Il faut dire que ça me trotte dans la tête depuis un certain temps… Seulement voilà! Le temps de me décider sur le rythme de course à adopter, les meneurs d’allure ont déjà creusé un trou important. Mais ma décision est prise et je tente les 3H. Il me faudra alors 6 kilomètres pour m’accrocher au bon wagon.
Le rythme est soutenu : 4 minutes 15 au kilomètre ! Pourtant je me sens bien et j’en profite même pour me donner une petite marge de manœuvre, en me plaçant avec trois autres coureurs, à une centaine de mètres des meneurs d’allure. J’allonge la foulée, je pense à boire tous les 3 kilomètres, à manger tous les 8 kilomètres. Je passe la mi-course après 1H28 d’effort maîtrisé.


Conscient de la difficulté qui m’attend dans la seconde partie du parcours, je reste sur le même rythme.
Le 27ème kilomètre marque le début des hostilités. Dés la 1ère côte, le petit groupe que l’on avait formé avec trois autres coureurs éclate. Deux concourants décrochent et nous voilà plus que deux…Mais avec toujours notre petite centaine de mètres d’avance sur le groupe de 3H.

Avec 7 kilomètres de faux plat, cette deuxième partie est vraiment très exigeante. Il faut dire que même les coureurs Kenyans remarqueront à l’arrivée que ce marathon, en raison des très nombreux virages et des petites côtes qui se succèdent, était vraiment très difficile.


Résultat : ça coince pour moi au kilomètre 34… Je vais alors lutter pendant 5 kilomètres pour repousser l’échéance d’un retour inévitable des meneurs d’allures… Jusqu’au kilomètre 39.

La douleur étant devenu trop difficile, je ne peux plus lutter. Je donne alors le peu qu’il me reste pour franchir la ligne d’arrivée en 3 Heures 1 minute et 42 secondes…Me plaçant ainsi 1er Caennais du Marathon.